Poster un commentaire

Comment c’est compliqué la famille

Je connais des tas de jeunes parents qui découvrent (ou confirment) à quel point leur famille peut être pénible quand il s’agit de leur enfant. Que ce soit au sujet de leurs choix éducatifs ou par rapport au développement de l’enfant… J’ai la chance d’avoir une famille qui s’en tamponne un peu de ce qu’on choisit pour le PCP du moment qu’on assume et que ça nous convient. Quant à ce qu’il deviendra, plombier gay en congé parental par exemple, et bien tant mieux pour lui s’il est heureux. Voilà, chez nous c’est comme ça, si t’es heureux, grand bien te fasse et qui suis-je pour te juger ? Enfin, pour le côté maternel de ma famille, mais le côté paternel, plus ça va et moins je lui parle. Je ne les ai même pas informés de la naissance de mon Héritier. Ouais, chuis comme ça, si tu me casses les couilles pieds je te parle plus. Ça évite de trop collectionner les moments d’anthologie genre « je peux pas venir à ton mariage, je préfère aller voir ma soeur à Cardiff, c’est une occasion unique
– Suis-je bête, elle n’y est que pour 2 ans ! Alors que moi je vais sans doute me marier des dizaines de fois. »
Ou encore « T’as pas pleuré pendant la cérémonie » [à l’enterrement de la grand-mère]. Bref, la partie que je considère comme ma famille, ils sont cool.
Du côté de M. Doudou en revanche ça se corse… Alors oui, y’a le côté maternel qui est un peu dans le genre de ma famille, mais quand même faut pas trop pousser. Il y a certaines choses qui choquent ou qui choqueront si jamais le PCP décide de les tester. Genre l’allaitement long ou les cours de gym/danse/patinage artistique pour un pti couillu… Mais surtout même s’ils désapprouvent ils auront la gentillesse de pas (trop) nous gonfler avec ça. Et puis y’a le côté paternel qui est juste… WTF les gens ? Dans cette famille, même le nombre de fois par jour où tu changes ton gamin est sujet à débat. Pour le fun une petite liste non exhaustive de ce qui nous vaut l’opprobre générale :
– mon fils est exclusivement allaité depuis 5 mois et demi, à 2 mois on m’a dit « il serait temps de diversifier avec des biberons » (1)
– on a cododoté pendant un temps (j’y reviendrai dans un prochain article)
– on ne va pas le faire baptiser (2)
– je compte lui offrir une poupée et je lui mets des petits chaussons roses (3)
– je ne laisse pas les gens lui parler comme à un gros débile (4)
– je le porte et je suis convaincue du bien fondé de la motricité libre (j’y reviendrai également une autre fois)
– etc etc
(1) En dehors du fait que l’introduction de biberons peut foirer un allaitement en introduisant une confusion sein-tétine et en sous stimulant la lactation, on ne diversifie pas avec des biberons. La diversification c’est l’introduction d’autre aliments que le lait et ça c’est normalement pas avant 6 mois pleins… Je ne vous ferai pas l’affront de parler de ce que j’ai pu entendre sur la DME (diversification menée par l’enfant). Sans oublier « Comment ça tu lui donne pas de la purée lisse ?! Il a pas de dents, il peut pas gérer les morceaux !
– Les dents pour écraser c’est les prémolaires et les molaires. Les premières apparaissent vers 2 ans. En attendant je lui file que de la soupe ? La seule chose qui soit corrélée à l’apparition des dents, c’est l’apparition du brossage de dents.
– Oui, enfin y’a pas urgence non plus. »
Si, l’hygiène dentaire est indispensable dès la première dent. Une mauvaise hygiène des dents de lait peut compromettre l’état des dents définitives.
(2) La liberté de culte oui, d’accord, mais on a été élevés dans des familles catholiques. Quand on m’a sorti ça (version plus politiquement correcte, je vous rassure) j’ai bien failli tomber de ma chaise. Ma famille à moi est profondément athée (quand on ne sait pas on se tait). Et puis on s’est mariés uniquement civilement, ça aurait pu leur donner des indices hein… Et si jamais (out of nowhere) nos enfants étaient baptisés ce serait leur souhait et leurs choix de parrain-marraine. Bref leur problème. Apparemment le seul qui semble avoir compris qu’on imposait pas sa spiritualité aux autres c’est Beau-Papa…. c’est déjà ça vu que c’est lui qu’on voit le plus (dans sa famille j’entends).
(3) Aaaaaaah le sexisme primaire des jouets et des habits des enfants ! À l’époque de ma grand-mère on habillait fréquemment les filles en bleu, couleur de la Vierge (on peut être athée et avoir une culture religieuse) et les garçons en rose, version atténuée pour les pitchouns du rouge symbole de virilité (la cape du torero toussa). À l’époque de nos parents beaucoup de nourrissons portaient des robes (généralement blanches) pendant l’essentiel de leur première année quel que soit leur sexe. Bref « le rose c’est pour les filles » c’est une construction sociale récente. Quant aux jeux de rôle poupées-voitures-cuisine etc je m’éclatais avec les petites voitures que mon père m’offrait et mes frangins ont adoré jouer à la poupée jusque vers 3 ans où la construction sexuelle de l’enfant et la pression sociale le font souvent devenir très paternaliste-conservateur… Ce qui ne nous a pas transformés en dangereux pervers ou en déséquilibrés notoires. Je pense que les seules traces palpables que cette histoire a laissées c’est un vieux poupon dans la chambre de ma nièce et le fait que j’aime les voitures. Mon dieu quelle horreur ! Pour le non palpable hé bien nous sommes une famille de dangereux féministes, le sexisme ne passera pas par nous ! Je rappelle au passage que cet enfant est peut être daltonien, si ça se trouve il les voit bleus ses putains de chaussons !
(4) L’apprentissage est affaire de mimétisme, plus on parle à un enfant et plus on a de chances qu’il réponde, plus on lui parle comme à n’importe qui d’autre et plus on lui transmet du vocabulaire pour répondre. Je ne dis pas que se laisser aller à une petite séance de babillage avec son bébé va l’empêcher de parler avant sa majorité, je dis qu’un bébé est une personne intelligente et que c’est aussi faire montre d’un minimum de respect que de le traiter comme tel. Mais apparemment chez ces gens-là, les bébés sont des neuneus à qui on parle moins français qu’au chien, de toutes façons ils comprennent pas.
Au final je me félicite d’être une sale gamine malpolie, les gens me font des remarques une ou deux fois pas plus. Perso j’apprécierais qu’ils se vexent et ne veuillent plus nous voir, malheureusement « ça ne se fait pas de rester brouillé avec la famille ». Dommage que je déteste ceux « qui croient qu’on s’aime parce qu’on s’est toujours cogné la même soupe dans le même panier » (si tu reconnais cette citation, je te kiffe ton boule).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :