3 Commentaires

Comment c’est passé vite

C’est passé super vite. Tellement vite que j’ai même plus eu le temps d’écrire à ce sujet.

Ça fait un petit peu plus d’un an que je suis maman. M. MiniDou a fêté son anniversaire avec nous, ses grands parents et quelques amis (ceux qui sont à l’origine de son nom), c’était chouette, même s’il n’a pas voulu manger de son gâteau. Il a bien évidemment été gâté à mort, mais nous avions pris les devants et il a eu des cadeaux que nous avions ciblés : des bouquins, une dinette en bois, un chariot de marche-rangement, des duplos.

En un an j’ai changé de porte bébé principal, j’ai délaissé la JPMBB au profit de la LLA courte et du mei-tai (bientôt sur vos écrans la suite de comment je porte) et je m’apprête à abandonner le mei-tai au profit d’un préformé (un manduca, même chose une fois reçu et testé).

Je suis restée chez moi avec mon fils pendant un an et c’était super, cette chance ne devrait pas en être une, tout le monde devrait pouvoir le faire. J’ai apprécié de retourner au boulot et de pouvoir recommencer à parler à des adultes*, mais quand même j’ai souvent un petit pincement en pensant à M. MiniDou qui est à la crèche… Ce qui d’ailleurs provoque des montées de lait et parfois des mini catastrophes ^^’

En un an j’ai découvert des trésors de patience, de force, de résistance et de calme. Était-ce pour être aussi zen avec mon bébé que j’ai été si nerveuse et électrique jusque là ? Ou bien est-ce la douce influence de M. Doudou ? J’ai aussi découvert que je n’avais pas besoin de dormir. Dormir c’est pour les faibles.

J’ai confirmé ce que je savais tout au fond de moi : l’allaitement c’est magique. C’est la solution à 99% de nos problèmes (pour le reste il y a notre super médecin trop choupette que j’ai rencontré cette année). J’ai réalisé par ce biais que je ne supporte toujours pas vraiment les PLV et que finalement fromage mis à part je m’en passe facilement.

Cette année j’ai découvert que quand on nous dit « Profitez ça passe tellement vite » c’est un poncif, mais putain, hier j’ai essuyé une larme en croisant une maman avec un bébé tout neuf. Le mien aussi il était comme ça y’a un an. Enfin non il était mieux, mais bon, je parle niveau volume de bébé…

J’ai appris que manger le crouton du pain pouvait se faire en silence avec toute la concentration du monde dans le regard. Alors ne parlons pas d’essayer d’enfiler un chausson ! J’ai appris qu’on pouvait amuser un bébé en imitant Evinrud la libellule et que parler calmement c’est important.

Je me suis sentie très seule dans le bus, entourée de poussettes. Très seule, mais très satisfaite : personne ne souhaitait ma mort dans les 10 secondes pour libérer de l’espace. Même chose au supermarché. J’ai eu l’air ridicule tous les soirs à la crèche à fêter à fond mes retrouvailles avec mon fils. Ridicule, mais je m’en tape sévère : je suis trop contente de le retrouver, je vais pas le lui cacher ! Du coup je continue. Je me suis sentie terriblement fière à chaque fois que quelqu’un m’a complimenté pour mon allaitement ou le portage. Et c’était pas souvent, même si M. Doudou me dit souvent que je gère (fougère).

J’ai totalement changé ma façon de percevoir un enfant, une personne et ça m’est bien utile dans mon boulot.

J’ai envie d’adopter. J’espère arriver à convaincre M. Doudou (qui trouve que M. MiniDou est déjà bien assez prenant comme ça).

* Je parlais à M. Doudou, évidemment, mais comme je fais partie des chanceux qui ont un boulot qui les passionnent, j’avais besoin de quelqu’un avec qui échanger à ce sujet et c’est vraiment pas le rayon de M. Doudou…

Publicités

3 commentaires sur “Comment c’est passé vite

  1. […] Tout d’abord il faut savoir que la maladie familiale dont je suis porteuse comporte comme symptôme l’hyperfatigabilité. Un bien gros mot pour dire qu’en gros un rien t’épuise. Avant d’être maman les gens que j’entendais dire « Non, mais tant que t’as pas de gosses tu sais pas ce que ça veut dire d’être vraiment fatigué » me faisait me couvrir d’eczéma. Ah ouais ? Genre sous prétexte qu’on a pas de gamin on peut pas être fatigué ? Sous prétexte qu’on a pas de gamin on ne sait pas ce que c’est d’être prêt à vendre père et mère pour 5 minutes de repos ? Mais mon grand, si tu m’offres 5 minutes de repos là tout d’suite maintenant, mais moi je dis oui ! Même si pour ça je dois te céder ma Mémé ! Ma Mémé quoi ! Pour te dire où j’en suis rendue. « Tu peux pas imaginer ce que c’est comme fatigue ». Ça c’est ce que vous disent les gens qui avant d’être parents n’avaient jamais expérimenté la fatigue chronique en d’autres occasion qu’une bonne grippe. Moi je suis fatiguée depuis que je suis née. C’est génétique, je n’y peux rien. Si on me laisse tranquille je dors entre 12 et 14h par jour et je suis en pleine forme le reste du temps. Tout le monde ne peut pas le faire, croyez-moi. Seulement je ne vis pas dans un monde qui me permet de gagner ma vie correctement et d’assouvir mes besoins naturels en nombre d’heures de sommeil. Conclusion je suis chroniquement fatiguée. Vous avez déjà vu quelqu’un s’endormir en sursaut ? Et oui,  je l’ai fait. Je m’endors brutalement, comme un narcoleptique, sauf que moi j’en ai conscience et qu’il n’est pas dangereux de me réveiller. Et encore… Je dis j’en ai conscience, mais il m’est arrivé un paquet de fois de me réveiller sans m’être rendue compte que je m’étais endormie. Je vis dangereusement, je conduis, je me suis déjà endormie dans ma baignoire. Quand les gens savent que vous êtes au bain ce n’est pas grave ils s’inquiètent rapidement de ne plus entendre de bruit en provenance de la salle de bain. En revanche quand vous avez 17 ans et que vous rentrez de l’anniversaire de Machin à 6h30 (dodo à 22h30, mais premier bus de la journée pour être à l’heure au repas de midi chez Tante Gertrude) en sentant la transpi à 10m, ben vous allez pas réveiller la famille pour leur demander de surveiller… Ma spécialité petite était de me lever la nuit pour aller aux toilettes et de m’y rendormir. Le plus étonnant c’est que je ne suis jamais tombée… Bref vous comprenez mieux pourquoi j’ai dit « J’ai aussi découvert que je n’avais pas besoin de dormir. Dormir c’est pour les faibles. » ici. […]

  2. Bonjour, je suis toulousaine et maman de deux petits bouts nés cette année en mai. Je découvre ton blog que je trouve très chouette et motivant ! J’ai cru comprendre que tu es aussi sur Toulouse, je suis donc très intéressée par les coordonnées de la super médecin et de la crèche ! En espérant que la fin de ta deuxième grossesse s’ est bien passée.

    Amicalement

    Magali

    • Ah ! Malheureusement notre adorable docteur est partie s’installer à la campagne (à la CAMPAGNE quoi ! Je croyais que personne n’y allais ;)) donc je ne te donnerais pas ses coordonnées. Pour la crèche c’est l’association O com 3 mômes (ils ont plusieurs sites tous gérés selon les mêmes principes donc peut être un plus proche de chez toi que celui qu’on avait nous).
      Bon courage avec ton mini duo ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :