1 commentaire

Comment on en est arrivé aux solides

J’avais un excellent pédiatre qui m’a dit « Pour la diversification, la « date » de début change tout le temps. Ce que je vous conseille c’est de regarder le petit quand il a l’air de s’intéresser à ce que vous mangez, c’est le moment. » ça c’était chouette parce que de toutes façons c’était ce que je comptais faire. Ensuite il m’a fait un petit programme de l’ordre d’introduction des aliments et ça je m’en suis servie pour faire une liste de courses (on va pas jeter du papier qui peut encore servir).

Donc concrètement comment a-t-on diversifié M. MiniDou ? En utilisant une grande partie des principes de la DME. On a attendu qu’il se manifeste, lui, pas le pédiatre, la voisine ou la grand-mère de l’oncle du cousin au 3ème degré (pour mémoire je rappelle que la belle-famille m’a suggéré de le diversifier avec des biberons (la diversification c’est l’introduction d’autre chose que le lait justement) à deux mois à peine). Après une semaine à suivre tous nos repas de l’assiette à la bouche en tendant les mains on a décidé qu’il fallait lui faire tester des solides. Il avait 6 mois et quelques jours (trop bien il était en plein dans la période recommandée) et pas de dents. Je lui ai donné un quartier de poire qu’il a très consciencieusement tété, sucé, pincé avec ses gencives tout en le tenant d’un air dégoûté avec sa serviette. Car oui, déjà à l’époque M. MiniDou avait horreur de se salir les mains (c’est pourtant pas faute de lui avoir proposé du sensoriel sans JAMAIS rien dire au sujet de la saleté ou alors conclure par « Si tu as fini on range et on nettoie » a traumatisé mon fils). Au bout de 20 minutes il n’y avait plus de poire dans la main de mon fils et très peu sur la serviette, l’essentiel avait atterri dans l’estomac sans aucun souci. Dans la semaine qui a suivi j’ai introduit la banane (à peu près une demie) et les concombres (un bon quart en bâtonnets). Gros succès à chaque fois en répétant le même scenario.

Soyons honnêtes : tous les enfants en DME ne sont pas aussi propres que mon fils dès le premier jour (cet enfant DÉTESTE se salir, c’est limite suspect). Si vous hurlez d’effroi à la moindre trace de bavouille sur le Tshirt de votre poupon, si vous le changez douze fois par jour pour qu’il soit « présentable » (à savoir sans tache du tout), si vous essuyez compulsivement la moindre miette, la DME n’est clairement pas faite pour vous. Si ça vous semble normal ou tout du moins inévitable que les premiers repas atterrissent autant sur le bavoir ou la table que dans la bouche, vous pouvez y aller. En revanche, je suis convaincue que la DME habitue l’enfant à manger seul et de façon efficace, donc propre.

En laissant l’enfant autonome dans son repas on encourage deux aspects :
– la coordination des mouvements, chez nous ça n’a pas été flagrant, M. MiniDou est légèrement en avance pour son âge sur la motricité fine, à l’époque il avait la motricité fine d’un enfant d’un an (soit le double de son âge réel, oui, oui, il a sidéré le pédiatre à chaque visite puis ça s’est un peu tassé)
– le développement du goût et de la valeur nutritive des aliments, car oui, même tout petit un enfant va se tourner naturellement vers les aliments dont il a BESOIN. D’ailleurs si vers 2-3 ans les enfants aiment tellement les pâtes, le riz et les patates c’est parce que leur développement utilise énormément de glucides. Évident chez nous pour le coup. M. MiniDou est facilement constipé et tous les aliments riches en fibres ont clairement eu sa préférence (wouhou des haricots verts, des brocolis, des pois mange-tout !).

Par la suite on a introduit un ou deux aliments par semaine en fonction de l’état digestif de M. MiniDou, des menus (je n’ai presque pas cuisiné pour lui) et des envies manifestées (AUCUN intérêt pour la courgette avant son premier anniversaire par exemple). La viande a été introduite au cours du voyage en Italie (7 mois et demi), il a clairement trouvé ça intéressant, bon, mais galère vu qu’il n’avait que deux incisives à l’époque. Un peu avant son anniversaire j’ai introduit les « laitages » : semoule ou riz au lait, mais préparé avec mon lait, M. MiniDou maitrisait parfaitement sa cuillère à ce moment là.

L’idée de base a toujours été la suivante : il mange comme nous (donc adieu sel, mais restez là les épices) seulement on adapte la forme et la taille des morceaux pour qu’il puisse manger seul. Les carottes (cuites et crues en deux occasions différentes) et les concombres ont donc été présentés sous forme de bâtonnets faciles à saisir, le brocoli sous forme de fleurettes avec une tige un peu conséquente (qu’il ne mangeait souvent pas en entier), la banane entière, la patate douce et les pommes de terre en rondelles bien cuites, etc. La question cuit/cru ne s’est pas posée, d’ailleurs M. MiniDou a consommé presque tous les fruits crus avant de les tester cuits en compote. Presque car la reine-claude et la mangue ont fait exception. Au sujet des compotes, on a généralement opté pour des compotes non mixées qui permettent de garder la texture du fruit cuit. Seule les compotes pomme-verveine et pomme-rooibos de noël ont été mixées de façon quasi systématique.

Au final M. MiniDou :
– mange seul (avec nous, mais de façon autonome) depuis qu’il a à peu près 15 mois
– mange de TOUT (du tofu, des algues, des haricots verts, des chous, des pois chiches, des oeufs…) et sous toutes les formes imaginables
– mange très proprement et ce n’est pas seulement lié à sa phobie de la tâche
– mange des olives non dénoyautées (ou autres machins à noyaux) et des petites noix (pistaches, cacahuète ni grillées ni salées dans les deux cas, etc…) sans que personne ne s’inquiète (à part ma belle-mère, mais elle s’inquiète même pour les adultes donc bon…), on le surveille, mais on flippe pas
– sais choisir entre deux plats (même si le choix est une notion difficile pour lui)
– peux dire sans se tromper s’il aime ou non tel aliment (dans l’absolu, genre quand on fait les courses avec lui)
– connait et apprécie plein d’épices
– goûte facilement de nouveaux aliments
Qui dit mieux ? 🙂

Publicités

Un commentaire sur “Comment on en est arrivé aux solides

  1. […] une compote donc un aliment mixé. Si la question de la DME vous intrigue encore je vous renvoie ici et […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :