1 commentaire

Comment il se rase

Ça fait un petit moment que je veux faire cet article qui ne parle ni de moi (enfin pas directement), ni des garçons qui sont « miens ». Un sujet qui me concerne assez modérément : le rasage.

Quand j’ai connu M. Doudou, il faisait de gros efforts pour être bien rasé à chaque fois qu’on se voyait. Seulement M. Doudou cumule deux points très négatifs face au rasage : une peau du visage très sensible et un poil très dur. Bilan : un M. Doudou rattrapé par les boutons et les irritations et ma peau ultra irritée par les repousses (ultra rapides T_T) de M.

Je ne suis pas une fan des crèmes, masques, peeling et autres, mais j’ai la peau très sensible (j’ai su écrire eczéma très vite) et donc je connais quelques astuces bien basiques et pas contraignantes. En plus le pauvre M. Doudou souffrait. On a donc fait un rapide bilan :

  • lames de rasoir changées systématiquement parce que défoncées à chaque fois (on pouvait difficilement se couper avec)
  • rasoir trois lames bien connu à l’époque (tombe actuellement en totale désuétude avec le 5 lames)
  • pas d’après rasage
  • une mousse ultra classique

Ma première action a donc été de remplacer la mousse par une mousse pour épiderme délicat et d’introduire un après rasage qui n’en était pas réellement un. En réalité j’ai opté pour une crème hydratante spécial visage. Ce choix s’explique simplement par le fait que je ne supporte pas les produits après rasage classiques (si toi aussi t’as de l’eczéma en faisant la bise à tes collègues tape dans tes mains *clap clap*). Y’a eu du progrès, au lieu d’être rouge et d’avoir des boutons douloureux pendant plusieurs jours après son rasage, M. Doudou a été rouge quelques heures et le boutons ont diminué, mais pas disparu.

Deuxième action, au lieu de se raser en une fois on introduit le célèbre rasoir jetable orange à une lame. Vous le connaissez forcément. Donc un passage orange + un passage 3 lames toujours en conservant la mousse pour épiderme délicat et la crème après. Encore un peu mieux notamment pour les rougeurs qui ont presque disparu, mais pas encore au point. Les boutons persistent et la consommation de rasoirs est pharaonique (le petit orange ne tient pas plus d’un rasage et le trois lame doit être changé tous les deux ou trois rasages, sans compter la double application de mousse).

Toujours est-il qu’on en reste là pendant un petit moment, d’autant plus que comme je suis partie au loin pour mes études, M. Doudou adopte la solution « je ne me rase que quand Boulette est là ou que c’est indispensable » qui améliore bien la situation (mais le fait passer pour un dangereux terroriste le reste du temps).

Finalement je reviens faire mes études plus près, changement de voie oblige. Du coup les problèmes de rasage se reposent très sérieusement. Étrangement l’idée de faire le premier rasage « à sec » nous vient et on l’applique, la crème hydratante est abandonnée au profit de la pierre d’alun, deux succès. Seulement ça ne règle qu’une partie du problème, les rougeurs. Restent les boutons et ma peau qui ne supporte pas le poil dur.

D’autres considérations commençaient à rentrer également en ligne de compte :

  • les rasoirs jetables ou simplement les lames coûtent vite très cher.
  • qu’est-ce que ça pollue ! Ben ouais, tout ce plastique qu’on jette sans y penser tout les deux jours… Et les bombes de mousse pas recyclables non plus ! Wouw ! En plus ces connasses de lames aux angles pointus n’ont rien de mieux à faire que de faire des trous dans les sacs poubelle >.<
  • il est impossible de laver correctement une lame de rasoir multilames, même le jetable orange n’est pas épargné. Hmmmm le plaisir de se ré-étaler des vieux poils sur le visage…
  • l’odeur de la mousse peut être très tenace… Soit vous avez la chance de M. Boulette d’aimer l’odeur de votre mousse et ça devrait passer, soit vous ne l’aimez pas ou vous la trouvez un peu trop forte et ça ne l’empêchera pas de vous suivre toute la journée

Et puis un jour mon père m’a dit « Oh ! Tu as le bonjour de Mlle E. » et la lumière s’est faite dans mon esprit.

Je m’explique : notre ancien voisin, le père de Mlle E. est coiffeur et barbier, un métier de plus en plus rare sous nos latitudes, mais cet homme a forcément la solution que je cherche. J’ai peu de temps libre à cette époque là, l’affaire traine en longueur par manque de temps (42h de cours + 2 × 4h de TP + 4h de contrôle continu et éventuellement 2 × 2h d’oraux par semaine sans compter les temps de trajet et le boulot perso). Et puis les concours passent et j’ai soudainement quartier libre 24h sur 24. C’est la fête. L’anniversaire de M. Doudou approche, je me motive et je vais poser toutes mes questions à mon barbier.

Nous avions pris RDV, mais inutile de préciser que je suis arrivée en avance et que je me suis sentie très seule dans la salle d’attente. Mais j’ai pu admirer de sacrées moustaches !

Que faire quand on a le poil super dur ?

La solution est assez simple en fait : il faut assouplir le poil. Franchement il ne me serait jamais venu à l’idée qu’on pouvait s’assouplir le poil (oui, ben je suis pas hyper concernée non plus par la question)… Il existe des produits spéciaux, mais mon petit barbier m’a conseillé de tout simplement utiliser de l’huile d’amande douce en massages 2 à 3 fois par semaine après avoir bien lavé le visage à l’eau chaude. Pour ce qui concerne le rasage proprement dit, il ne faut pas hésiter à mouiller le poil et la peau avec de l’eau bien chaude et à beaucoup masser lorsqu’on applique la mousse. Pour cette étape le blaireau (en vrai poil de blaireau si vous ne voulez pas passer votre temps à ramasser des poils partout sur votre visage et votre lavabo) est votre ami pour la vie.

Un bon blaireau coûte un peu cher à l’achat (50€, mais les prix peuvent monter jusqu’à plus de 200€), pensez à vérifier qu’il est fourni avec son support. Celui-ci permettra de stocker le blaireau tête en bas pour lui permettre de sécher correctement entre deux utilisations (sinon les moisissures vont s’inviter dans votre rasage). Après avoir soigneusement rincé le blaireau pensez à lui redonner sa forme en le secouant une ou deux fois énergiquement (ça l’égoutte un bon peu donc attention aux projections, chez nous c’est dans la douche ou au dessus de la baignoire).

Quelle mousse utiliser ?

Un savon à barbe ou une crème à raser. De toute façon, si vous utilisez  un blaireau pour étaler la mousse, vous n’êtes plus à ça près, voire c’est plus pratique qu’une mousse en bombe. L’avantage c’est que vous n’en aurez plus plein les mains. Les savons à barbe (autre que Monsavon et consorts) sont légèrement antiseptiques et parfaitement adaptés aux peaux sensibles et irritables, je ne connais pas les crèmes donc je ne peux pas vous donner d’avis comparatif. L’usage du savon à barbe introduit un paramètre auquel je n’aurais pas pensé : il sèche, il faut donc l’appliquer et se raser rapidement. Voire faire des applications successives pour prendre son temps pour se raser.

En revanche il est très économique : un pain de savon (marque Plisson 4€) fait 3 ans de service à M. Doudou qui se rase dorénavant 3 fois par semaine.

Il existe des bols dédiés, à mes yeux leur seul intérêt réside dans leur couvercle (indispensable pour la conservation du savon). Nous avons investi dans un bol et une sous-tasse d’un service pour le thé trouvés à pas cher (8€ au total) chez Midica. La sous-tasse une fois retournée sert de couvercle au bol qui est pile à la bonne taille pour le savon. En plus entre deux savons ils passent au lave-vaisselle et ils ne vous obligent pas à racheter systématiquement le seul savon qui peut être rangé dedans (il existe des bols aux formes originales, mais qui du coup ne peuvent accueillir que tel ou tel savon). Un conseil toute fois : attendez que votre savon ait un peu séché avant de remettre le couvercle.

Quelles rasoir/lames utiliser ?

Évidemment en tant que barbier M. E. m’a fait l’éloge du rasage au sabre. Genre Chaplin quoi…

Seulement ce genre de rasoir est difficile à manier (mais parait-il que l’entrainement sur des ballons de baudruche apporte d’excellents résultats), mais surtout contraignant à entretenir. Je connais mon M. Doudou, il prend soin de ses affaires, mais faut pas déconner non plus. S’il lui faut penser à aiguiser, graisser, nettoyer parfaitement son rasoir de façon quasi systématique et que pour couronner le tout il lui faut réapprendre à se raser, jamais il se rase. Face à cette contrainte, mon barbier m’a confirmé ce que je pensais « Mieux vaut une seule lame qui coupe bien parce qu’elle a la place d’appréhender le poil, que quinze qui ratent le poil parce qu’elles ne peuvent pas le coincer (et du coup ce fourbe se contorsionne pour échapper à son funeste destin) et irritent la peau. ».

Son conseil était donc d’investir dans un rasoir de sécurité à lame interchangeable à double tranchant. Tout un programme. En général on dit tout simplement un rasoir de sécurité, c’est déjà bien assez compliqué. Bref ces rasoirs sont ceux qui utilisent les lames type lames Gilette qu’on a en TP de bio au lycée (et même au collège à mon époque, mais au train où ça va je doute qu’il y ait encore le budget pour faire des TP en collège). Le principal avantage de ces rasoirs selon M. Doudou est leur simplicité de nettoyage : le manche se dévisse libérant les deux plaques qui enserrent la lame, on rince, c’est propre. Du coup le changement de lame est assez facile. Le rasoir de M. Doudou est un Merkur tout en acier, il utilise les lames de la même marque. Il existe cependant de nombreuses autres marques et on a fait des tests avant de revenir aux premières lames (le rasoir était livré avec une lame et une boite de 10). Elles ne coûtent même pas plus cher que les plus bas de gamme (à savoir les Gilette) une boîte de 10 lames (soit 25 à 30 rasage chez M. Poil Extra Dur) coûte 4€ en moyenne (nous avons deux fournisseurs). En revanche, elles ne sont pas super faciles à trouver. Si vous habitez une ville un peu conséquente ça devrait aller vous devriez pouvoir trouver une coutellerie (où vous trouverez également le rasoir et souvent le savon) ou un magasin spécialisé, sinon internet vous sauvera la mise (elles sont souvent un peu plus chères par contre), on les trouve même sur amazon. Et le rasoir est increvable. J’ai un copain qui a aussi ce type de rasoir et le sien appartenait à son grand-père.

Comment se raser efficacement (comprendre : pas se remettre à piquer 5 minutes après) ?

Il n’y a pas de méthode de rasage unique. Mon barbier m’a dit « Il faut bien connaitre sa barbe pour bien se raser ». Selon le sens dans lequel pousse le poil, on ne l’abordera pas pareil : sens du poil ou rebrousse poil ? Suivant sa position sur le visage on ne l’abordera pas avec le même angle : rasoir vertical au niveau des pattes, rasoir à 45° pour la moustache… On peut être amené à faire deux passages pas forcément dans le même sens… Bref regardez vous bien, demandez un coup de main pour faire des photos éventuellement et puis faites des tests. Il faut également penser à changer sa lame dès que le besoin s’en fait sentir (ça râpe, il faut faire plus de passages…). Ce n’est pas un luxe et ça évite bien des coupures.

Et une fois bien rasé ?

On se rince bien à l’eau chaude, on se passe un gant humide bien chaud sur le visage et le cou et on passe de la pierre d’alun. Antiseptique, coagulant, hydratant, un petit cube de 2cm de côté vous fera plusieurs années. Que demande le peuple ?

On ne se sèche pas, à la rigueur on se tamponne le visage avec une serviette bien propre.

 

Voilà ! Maintenant M. Doudou ne m’arrache plus la peau, n’a plus de problème de rougeur ou de boutons, a pas mal réduit ses déchets de rasage et ça nous coûte moins cher. La preuve :

  • avant :
    • une bombe tous les 15 rasages (soit au rythme actuel deux en deux mois et demi) 15€ l’une
    • un jetable tous les rasages 8€ le paquet de 12 (ils sont maintenant recyclables en les renvoyant à BIC)
    • une lame triple tous les trois rasages 25€ les douze
    • un tube de crème hydratante tous les mois 12€ le tube
      • 46€ en moyenne de budget mensuel
  • maintenant :
    • un savon tous les trois ans, il est emballé dans du plastique pas recyclable…
    • une lame tous les trois rasages qui part au recyclage métal (elle est entièrement en métal, c’est donc possible, j’ai vérifié auprès de mon centre de tri)
    • un flacon en verre re-remplissable à la pharmacie, 6€ le flacon/remplissage dure en moyenne 1 an
    • une pierre d’alun tous les ?? au moins 10 ans 6€
      • 5.50€ en moyenne de budget mensuel

Évidemment il faut quand même accepter de faire l’investissement de départ : blaireau à 50€, rasoir à 20€ (oui étonnament le rasoir coûte moins cher que le blaireau), lames 4€, bol 8€, savon 4€, pierre d’alun 6€ et huile 6€, soit un total de départ d’un peu moins de 100€, mais sur ces 100€ il y en a 78 qui vous serviront de longues années (blaireau + rasoir + bol), donc bien amortis. Par exemple pour M. Doudou ça nous revient actuellement à l’équivalent de 8€ par an (10 ans d’utilisation) et tout peut encore parfaitement servir au moins aussi longtemps. De plus ce sont des objets assez classes qui passent très bien en cadeau. Certains commerçants et certains fabricants font aussi des kits qui sont un peu moins chers que tout séparément et généralement très beaux. Et vous ferez tellement plaisir aux gens auxquels vous faites la bise ^^

Publicités

Un commentaire sur “Comment il se rase

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :